Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Compteur

10 octobre 2017 2 10 /10 /octobre /2017 01:41

texte envoyé par Bernard

 

 le style est proche de la Père Fection, on frise presque l'Abbé Attitude !! !

 

 

Un petit bijou de texte :


Au Père Spicace,

Un grand malheur est arrivé à l'abbaye et j'ai la pénible mission de vous en faire part.

Mardi soir, pendant que l'abbé Nédictine donnait les dernières grâces,

l'abbé Quille perdit l'équilibre dans l'escalier et tomba inanimé dans les bras du Père Iscope.

Les révérends pères, en perdant l'abbé Quille, perdaient leur seul soutien.

Un seul restait joyeux : le père Fide.

Quant à l'abbé Tise, il n'y comprenait rien. Il aurait bien voulu que le saint Plet l'aide à comprendre ce qui s'était passé mais rien n'y fit.

Après l'accident de l'abbé Quille, on alla chercher le Père Manganate et le Père Itoine, les deux médecins de l'abbaye.

Ils pensaient ranimer le malheureux mais leurs efforts furent vains et celui-ci décéda peu après.

Le lendemain fut donc célébré son enterrement.

Chacun fut appelé à l'abbaye par les célèbres cloches du Père Sonnage. La messe fût dite sur une musique de l'abbé Thoven.

Le père Hoquet fut chargé du sermon et comme il n'y avait pas de chaire, il monta sur les épaules du Père Choir.

A la fin de l'homélie, le Père Cepteur fit la quête et remit les dons ainsi recueillis à notre frère africain:  l'abbé N'Pé.

Après la messe, une grande discussion s'engagea pour le transport de la bière : l'abbé Canne et l'abbé Trave voulaient passer par les champs. Le Père Clus s'y opposa.

L'abbé Casse en fut enchanté.

Le Père San avec sa tête de turc ne voulait rien entendre.

Le Père Vers et le Père Nicieux semaient le doute dans les esprits.

Finalement on décida que, comme à l'accoutumée, l'abbé Taillière serait chargé du transport du corps du défunt.

Devant la tombe creusée par le Père Forateur et en l'absence du Père Missionnaire, l'abbé Nédiction donna l'absolution.

le Père Venche et l'abbé Gonia avaient joliment fleuri la tombe.

Celle-ci fût recouverte d'une belle pierre tombale préparée par l'abbé Tonneuse.

Sur le chemin du retour, le spectacle fut déchirant.

Le Père Pendiculaire était plié en deux de douleur et de chagrin.

L'abbé Vitré était lui aussi plein de larmes.

La Mère Cédès , invitée pour l'occasion, fermait la marche en compagnie du frère du Père Igord.

A l'arrivée, le Père Sil et l'abbé Chamelle préparèrent le repas tout en consultant les livres culinaires du Saint Doux.

Le Père Ri Car, le Père Nod et le Père Collateur servirent à boire et chacun pût se remettre de ses émotions.

Signé: L'abbé BICI

Partager cet article

Repost 0
2 octobre 2017 1 02 /10 /octobre /2017 01:25

texte envoyé par Odile

 


Objet : TR: Histoire ...vraie !!!! et d'actualité

Une enseignante est chez elle à l’heure du dîner, elle a commencé à lire les devoirs faits par ses élèves.

Son mari est près d'elle et joue sur sa tablette.
Pendant qu’elle lit le dernier devoir, des larmes commencent à couler sur le visage de sa femme.

Le mari voit ça et demande :
- « Pourquoi tu pleures ma chérie? Qu’est-ce qui se passe? »

La femme :
- "Hier, j’ai donné un devoir aux élèves de première année, avec comme sujet : " Mon Souhait dans ce monde moderne ."
Le mari :
- « D'accord, mais pourquoi pleures-tu? "
La femme:
- C'est le dernier devoir qui me fait pleurer.
- « Écoute, je te le lis : "Mon souhait est de devenir un Smartphone.
Mes parents aiment tellement leur Smartphone.
Ils sont tellement occupés avec leur Smartphone que parfois ils oublient de s’occuper de moi.
Quand mon père rentre fatigué du travail, il a du temps pour son Smartphone, mais pas pour moi.
Quand mes parents sont en train de faire un travail important et que le Smartphone sonne, ils répondent au téléphone à la première sonnerie.
Mais pas à moi… même si je pleure.
Ils jouent des jeux sur leur Smartphone, mais pas avec moi.
Ils ne m’écoutent jamais, même quand je suis en train de leur dire quelque chose d’important.
Alors, mon souhait est de devenir un Smartphone" !...
A la fin de la lecture, le mari très ému demande à sa femme :
- « Qui a écrit ça? »

La femme :

-"Notre fils"

Partager cet article

Repost 0
28 septembre 2017 4 28 /09 /septembre /2017 01:04

texte reçu il y a quelques temps,

envoyé par Odile

 

Voici un très beau texte plein de philosophie dont on ne connait pas l'auteur.

Pas facile à appliquer tous les jours mais plein d'espérance.

Vieillir en beauté, c'est vieillir avec son coeur;
Sans remord, sans regret, sans regarder l'heure;
Aller de l'avant, arrêter d'avoir peur;
 Car, à chaque âge, se rattache un bonheur.

Vieillir en beauté, c'est vieillir avec son corps;
 Le garder sain en dedans, beau en dehors.
 Ne jamais abdiquer devant un effort.
 L'âge n'a rien à voir avec la mort.

Vieillir en beauté, c'est donner un coup de pouce
À ceux qui se sentent perdus dans la brousse,
Qui ne croient plus que la vie peut être douce
Et qu'il y a toujours quelqu'un à la rescousse.

Vieillir en beauté, c'est vieillir positivement.
 Ne pas pleurer sur ses souvenirs d'antan.
Être fier d'avoir les cheveux blancs,
 Car, pour être heureux, on a encore le temps.

Vieillir en beauté, c'est vieillir avec amour,
Savoir donner sans rien attendre en retour;
 Car, où que l'on soit, à l'aube du jour,
Il y a quelqu'un à qui dire bonjour.

Vieillir en beauté, c'est vieillir avec espoir;
Être content de soi en se couchant le soir.
 Et lorsque viendra le point de non-recevoir,  Se dire qu'au fond, ce n'est qu'un au revoir.

c'est joliment dit........

Partager cet article

Repost 0